UN PEU D’HISTOIRE


Il est l’oeuvre de Charles et Georges MOCHET. D’abord constructeur de voiturette à 4 roues: le VELOCAR, puis de tricycle. Le père et le fils ont l’idée de couper une voiturette en deux : le vélo couché est  né.

Voyant les avantages de ce vélo, ils se lancent tout de suite dans la compétition avec Francis FAURE.


7 records internationaux sont battus en 1933, le 1-5-10-20-30-40-50 km et le record de l’heure le 7 juillet 1933 à 45,055 km/h.


A cette époque, les courses opposent les vélos droits aux vélos couchés sur piste et sur route. Les records tombent et les victoires aussi.

Cela ne fait pas plaisir à tout le monde et l’UCI décide en  1934 d’interdire ce type de vélo en compétition.

Il faudra 40 ans pour revoir un regain d’intérêt pour ce type de vélos.


 Sans remonter à la découverte de la roue,de la Draisienne ou du grand Bi, le vélo de forme conventionnelle apparaît vers la fin du 19ème siècle. Sous l’impulsion de Lawson, Starley et de Dunlop pour les pneumatiques, en 1888 le vélo que l’on connaît existe. Même si on voit quelques recherches sur le vélo couché, il faut attendre les années 30 pour véritablement voir se développer le concept.


 En raison de ses avantages, le vélo couché est idéal  pour les grandes randonnées.


Il se révèle aussi dans les grands brevets (Bordeaux-Paris, Pairs-Brest-Paris), dans les cyclo-sportives où là aussi, sa supériorité sur le vélo droit  est indéniable.


Avec la prise de conscience de la dégradation de la planète, la hausse du prix de l’essence conjugués au besoin de se bouger pour rester en bonne santé, les prochaines années seront peut-être le renouveau du vélo couché :


Un moyen de se déplacer économique et écologique

Le plaisir de rouler différemment